Carnet de voyage

Les PACHAS à Tenerife 2019

9 étapes
31 commentaires
2
A la découverte de cette petite île des Canaries, qui semble-t-il regorge de trésors pour les amateurs de paysages et de photos. C'est parti pour une semaine à Tenerife !
Mai 2019
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Pourquoi Tenerife ?

Nous aussi, on s'est posé la question, et on était un peu dubitatif sur cette destination, ayant à l'esprit les clichés de cette île (bars, boites, touristes assoiffés).

En lisant des blogs, nous nous sommes rapidement aperçus que ce lieu était bien plus que sa côte sud (effectivement plus axée sur l'aspect Night Life et plages de touristes).

C'est aussi, et surtout, un endroit aux multiples facettes, offrant des paysages magnifiques depuis les étendues volcaniques du parc National du Teide jusqu'aux villages d'époque classés au patrimoine de l'UNESCO, en passant par la végétation dense et humide de la forêt d'Anaga et la plage de sable noir à Benijo.

En organisant notre séjour de 7 jours sur place, nous avons opté pour un large panel de randonnées, dont la montée du volcan du Teide, plus haut sommet d'Espagne et troisième plus haut volcan du monde. Peu de place accordée au farniente sur la plage, on est là pour en prendre plein les yeux !

Décollage dans 1h de Paris Orly, vol de 4h20 avec Transavia, arrivée à l'aéroport sud de Tenerife à 1h du matin, passage chez Autoreisen pour récupérer notre voiture de location, et dodo à l'hôtel à San Cristianos en attendant de récupérer notre Airbnb à Puerto de la Cruz le lendemain.

2

Après une bonne nuit de repos, direction Garachico, un ancien port détruit par les coulées de lave du Téide en 1706. Nous nous sommes promenés dans la ville et posés sur la place de la Libertad pour prendre un petit cappuccino matinal avant de rejoindre Orotava. A voir : le très joli centre historique, un petit jardin botanique et la vue splendide sur le front de mer. Voici quelques photos :

Déjeuner à Orotava dans un bar à tapas local, le Bodegón Tapias, avec au programme : une mayonnaise au chorizo pour patienter, un mix de croquetas délicieuses (jambon serrano, fromage, brocolis pesto...), une salade maison pour Babycoeur et un pluma iberico pour Baby (qui a passé sa première commande en espagnol svp).

Passage au Airbnb à Puerto de la Cruz pour enfin déposer nos valises et avoir un vrai pied à terre.

16h30, on décolle pour une rando (TR-PF 59) dont le départ se situe à Las Portelas, histoire de se mettre en jambe pour ce qui nous attend demain. 2 heures de rando dans le parc du Teno avec de superbes paysages jusqu'au Mirador Cruz de Hilda.

La rando continue jusqu'à Masca mais il commence à faire nuit alors on rentre au pas de course pour aller récupérer notre voiture à Las Portelas et filer à Masca pour le diner à la Casa Riquelme avec le coucher du soleil.

Quelques impressions sur cette journée :

- On a été frappé par les écarts de température avec les changements d'altitude tout au long de la route. De 21°, on passait à 13° puis à 16°... Sachant que c'était loin d'être le grand soleil aujourd'hui, ça peut se comprendre !

- Ça monte et ça descend un peu partout... On vous garantit que chaque promenade fait les cuisses !

- Et enfin, les routes sont bonnes. Cependant, on ne s'attendait pas à avoir de telles routes de montagne dans les terres. C'est un vraiment plaisir pour la conduite, pour les yeux et pour le réservoir d'essence... Mais heureusement qu'il y a une bonne surprise à la pompe !

On vous ramène de l'essence ? 😉

Allez, rideau et à demain :D

3

Deuxième jour sur l'ile de Tenerife, et on ne s'épargne pas ! Au programme aujourd'hui, l'ascension du volcan du Teide, en deux jours.

Par chance, nous avons pu réserver une nuit au refuge d'Altavista peu de temps avant notre départ, mais on vous conseille de vous y prendre bien avant si vous voulez faire partie des 54 chanceux qui auront le privilège de dormir à 3 260 mètres sur le volcan du Teide. Autrement, vous pouvez très bien faire l'ascension jusqu'au téléphérique, et ensuite redescendre avec. Mais on vous conseille quand même de passer la nuit au refuge si vous le pouvez / prévoyez. Deux avantages : un, vous pourrez profiter du magnifique coucher du soleil depuis le refuge, et deux, vous pourrez grimper le lendemain les 400 mètres restants jusqu'au cratère du Teide, accessible avant 9h pour ceux qui dorment au refuge, ou sur autorisation (gratuite) pour les autres (dans la limite de 150 places quotidiennes, et ça part vite de ce qu'on a lu !)

Nous sommes arrivés dans le parc national du Teide via la TF24 (en faisant un crochet par le Décathlon de la Laguna pour 2 pantalons de ski, qui se sont avérés très utiles...). Cette route magnifique traverse las Lagunetas, un espace naturel protégé constitué majoritairement de pins.

Une fois arrivé dans le parc national du Teide, on repère (non sans mal) le parking Montana Blanca, qui constitue le point de départ de notre ascension. On préfère vous prévenir : il faut avoir beaucoup de chance pour pouvoir s'y garer - parking de 7/8 emplacements. Pour nous, vers 14h, c'était complet, mais on s'en est bien sorti en trouvant une place à 800 mètres de là, au point de vue Tabonal Negra. Autrement, il y a le parking du téléphérique, à 2,8km du point de départ, de quoi se mettre en jambe avant la montée. Mais ça peut aussi vous faire gagner du temps au retour via le téléphérique.

Après avoir garé la voiture, on avale notre sandwich, on s'habille en randonneurs estivaux (le soleil tape bien fort) et on emporte dans nos sacs à dos respectifs: tout le matériel photo (3 boitiers, objectifs, GoPro, trépied, rien que ça...), des vêtements chauds (polaires, doudounes, les fameux pantalons de ski, bonnets, gants), 4,5 litres d'eau et les sandwichs du diner.

Petit point sur la quantité d'eau : on a pris 3 bouteilles d'1,5l chacune, et ça nous a tout juste suffit, on vous conseille vivement de prévoir plus que pas assez, les recommandations sur les blogs indiquent 2 litres par personne. Il s'agit non seulement de bien s'hydrater pendant l'effort, mais aussi de limiter les effets de l'altitude et du manque d'oxygène dans l'air. Il est possible d'acheter de l'eau dans le refuge, notamment pour ceux qui prévoient l'ascension jusqu'au cratère le lendemain matin, la bouteille de 50cl est à 3 euros - prévoyez des pièces.

Allez, c'est parti pour la grimpette après les 800m sur la route bitumée qui nous séparent du point de départ, à 2 348 mètres. La rando commence tranquillement via le sentier 7 sur la Montana Blanca. Le dénivelé est faible, et le paysage désertique, avec par-ci par-là des gros blocs de pierre, los huevos del Teides (les oeufs du Teide), formés par d'anciennes coulées de lave.

Après environ une heure de marche, la pente devient plus compliquée (on a lu par la suite qu'il y avait 60% de dénivelé à ce niveau-là) et l'oxygène se raréfie. Il faut prendre de grandes inspirations et diminuer nos enjambées. On se fatigue rapidement, on doit faire des pauses de plus en plus souvent.

Après 3 heures de montée, il est 18h et on arrive enfin au refuge d'Altavista, où on est bien content de passer aux toilettes pour se nettoyer sommairement (pas de douche sur place, pour plus de praticité on a pris avec nous les lingettes pour bébé qui nous ont permis de bien nous démaquiller de la poussière).

A l'extérieur, on trouve un spot un peu à l'écart des 52 autres randonneurs pour installer trépieds / reflex et mettre en route les timelapse pour le coucher du soleil. On dine rapidement (sandwichs, une pomme et un petit paquet de Pringles (acheté lui aussi 3 euros au distributeur du Teide) et on profite du spectacle à couper le souffle qui s'offre à nous pendant presque 2 heures. La température descend rapidement, on est tombé à -2 degrés avant d'aller se coucher, il faut donc bien se couvrir - on avait chacun: un collant, un pantalon de ski, une polaire, une doudoune, un bonnet et des gants.

22h: c'est l'heure d'aller rejoindre notre dortoir. Les places sont attribuées par les gérants du refuge, pour nous, ce sera dodo dans un lit superposé. Comme dans tout dortoir, c'est un festival, on ne dort pas vraiment, entre les ronflements des uns, les smartphones des autres, ceux qui se retournent dans les lits qui grincent ou encore ceux qui parlent tout seul... Les boules Quies peuvent être utiles !

Bilan de la première étape:

Point de départ : Montana Blanca - 2 348 mètres - 15h

Point d'arrivée : Refuge d'Altavista - 3 260 mètres - 18h

Distance : 7 km parcourus

Dénivelé : +900m / -50m

Un petit conseil : pensez à prendre de la crème solaire... Avec l'altitude et le vent, on ne s'en rend pas compte, mais le soleil tape fort, très fort. On avait oublié la notre, résultat, on s'en est sorti avec de beaux coups de soleil et un passage le lendemain après-midi à la pharmacie pour prendre de la Biafine et de l'écran total. A bon entendeur...

Une sélection des photos de la journée...

4

Courte nuit dans le refuge, entrecoupée de quelques safety check pour voir si nos affaires étaient toujours là, nous nous réveillons à 4h30 et sommes prêts en moins de 20 minutes pour la dernière étape qui nous attend. Nous avons sacrifié 4 euros pour 2 petits cappuccinos, n'ayant pas pris le thermos et les dosettes de café pour la rando, il nous fallait bien un petit booster de bon matin !

Il fait toujours aussi froid là-haut et ça souffle beaucoup ce matin. On enfile nos lampes frontales et on se lance vers les étoiles avec un ciel absolument incroyable. Il n'y aura pas de timelapse pour attester du ciel étoilé, mais vous pouvez nous croire sur parole !

Dénivelé : +400 m / -200m

Est-ce l'entrainement de la veille ou l'impatience de voir le lever du soleil, cette dernière montée nous parait moins éreintante. Nous avons mis 1h20 pour atteindre le cratère du Téide, et par conséquent les 3 718 mètres. Nous n'étions pas les premiers partis du refuge mais nous sommes à notre grande surprise les premiers arrivés tout là-haut ! On s'octroie le luxe de choisir notre spot pour le lever du soleil, à l'abri du vent !

Après 2 heures passées au sommet à contempler le jour se lever et le cratère du Téide se découvrir, il est temps pour nous de plier bagage et de redescendre au niveau du téléphérique (comptez 40 minutes). La première navette de la journée est à 9 heures, nous n'attendrons pas bien longtemps avant de la prendre. Durée du trajet : 7-8 minutes

Arrivés en bas du téléphérique, les autres touristes sont surpris de voir tous ceux qui ont passé la nuit au refuge avec des vêtements de montagne chauds alors qu'eux ne portent pour la plupart que des shorts et des chemises. Bref, en ce qui nous concerne, on aurait pu prendre la route bitumée pour rejoindre notre voiture et le parking situé à 2 km, mais nous empruntons un dernier sentier de rando (39. Teleférico - Montaña Blanca) de 3,9km pour aller explorer les coulées de lave laissées par le Téide. Très chouette pour terminer mais assez physique avec le soleil de plomb qui commençait à s'abattre. On n'avait plus beaucoup d'eau 😦

11h : on retrouve notre voiture (bonne nouvelle) et on rentre au Airbnb faire un brin de toilette. 😀

14h : Enfin à table pour un déjeuner bien mérité à une adresse assez sympa : Compostelana Plaza del Charco.

Initialement, pour l'après-midi on avait prévu une autre randonnée dans le parc national du Téide, mais on a préféré se dégonfler et filer à la Playa el Bollullo... On vous recommande cette belle plage de sable noir, qui n'a rien à envier aux calanques de Marseille 😉

18h30 : sieste à l'espagnole, rattrapage du retard Myatlas avant de filer dans un bar à tapas (el Camino à Puerto de la Cruz) très recommandé parait-il. On vous dira si ça vaut le coup !

5

Avant de passer à l'étape du jour, petit edit sur le diner d'hier. Après avoir repéré le fameux bar à tapas sur La Fourchette, on tente de s'y rendre. On tourne en rond pour trouver l'endroit, puis une place, puis... patatras une pancarte nous accueille pour nous dire que le resto est fermé tout le mois de mai.

Il est déjà 22h, alors pour éviter de perdre du temps, on se rend sur la plaza de Charco. C'est un quartier très vivant, vous pouvez être sûrs de trouver quelque chose qui vous correspond quand vous vous rendez là-bas. Un bar à karaoké ? Pas de problème, c'est par là.

A quelques encablures du petit port, on trouve ce restau : Tapas Nada Más. On y trouve bien sûr des tapas (bien que ce n'apparaisse pas sur la première carte que l'on vous donne ! Il faut la demander. Ceux que l'on a goûté étaient très bons), des pâtes faites maison (pas testées) et des poissons frais (testés et approuvés : daurade grillée entière et préparée sous nos yeux pour Baby, langoustines et crevettes pour Babycoeur). Enfin, pour terminer, un trio de desserts comme récompense de notre journée. L'ascension du Téide, ça se fête !

Le programme de la journée : direction le Parc Rural d'Anaga. Un massif de montagnes situé au Nord-Est de l'île qui s'étend sur plus de 15 000 ha. D'après ce qu'on a pu lire sur de nombreux blogs, c'est pour certains le coup de cœur de Tenerife. On a donc décidé d'aller voir ça d'un peu plus près avec la rando PR-TF-8. C'est une boucle de 12 km (dénivelé : +800 m ; -800 m), dont le point de départ (et d'arrivée donc) se situe à Afur, petit village au coeur de l'Anaga.

11h : après un passage au supermarché, on décolle de Puerto de la Cruz. 1h de route plus tard, nous voilà sur la TF-12, une route panoramique qui annonce déjà la couleur...

La TF-12 passe par Cruz del Carmen, un des points de départ de nombreuses randonnées, et aussi l'endroit pour récupérer une carte au centre des visiteurs (pas de libre service, il faut demander aux rangers). On se fait bien confirmer par la même occasion qu'il n'y a pas de pluie annoncée pour la journée.

Petit point météo : le fait qu'il fasse beau à Puerto de la Cruz ou ailleurs ne signifie pas qu'il en soit de même à Anaga, qui a son propre micro-climat. Pour être certain du temps (et notamment pluie ou non), on vous conseille l'app Windy qui est celle utilisée par les rangers pour la météo très changeante de l'Anaga.

On continue la route pendant 25 minutes avant d'arriver à Afur, le point de départ de notre rando (se garer au parking de la chapelle, tout au bout de la route).

12h45 : top départ !

14h15 : arrivée à la première étape, la superbe plage de Tamadiste. A part un couple de randonneurs en pause dej et un petit cabanon planté juste devant la mer, pas un chat à l'horizon... Plage de galets et mer limpide, c'est plutôt un bon spot pour le pique-nique. 😀 Le soleil tape très fort encore, plouf obligatoire avant de repartir.

15h : bien rafraîchis par notre plongeon dans l'océan Atlantique, on repart. On arrive sur les flancs de montagne et là, problème. Les falaises sont immenses, l'horizon se confond avec l'océan, les couleurs de la végétation sont superbes... On ne sait plus où regarder ni où donner de la tête, tout est trop beau !

16h30 : arrivée à la deuxième étape de notre boucle, le village de Taganana (certainement un mélange d'Anaga et fraises tagada, le nom nous fait sourire)

18h15 : 5h30 plus tard, on est de retour à la voiture, et on a qu'une seule idée en tête : aller faire un plouf. La destination idéale : la playa de Benijo. Une plage de sable noir à l'extrême Nord-Est de l'ile. 40 minutes de voiture plus tard, on arrive sur la plage où il y avait pas mal de monde. On revient un peu sur nos pas, et décidons de s'arrêter à la playa del Roque de Las Bodegas. Cette plage est visiblement moins connue - il suffit de regarder le nombre de commentaires sur Google, mais nous, ce qui nous a mis la puce à l'oreille, c'est qu'on était juste tout seul. Allez, pour être honnête, on est tout seul sur la plage avec 2, 3 surfeurs sur l'eau pour le spectacle.

Edit : Attention, on imagine qu'il y a deux accès différents à la Playa de Benijo ! On s'est rendu compte que l'on était pas tombé sur la bonne plage, tout du moins celle que l'on recherchait (faire confiance à Google Maps pour y accéder).

20h : après une bonne baignade, l'installation des timelapses respectifs, c'est l'heure de l'apéro. On dîne devant le soleil qui revêt ses couleurs orangées annonçant la fin de la journée. Après celui du Teide, on admire ce coucher de soleil avec le sentiment partagé de se dire qu'on a bien de la chance d'être ici.

22h : il est temps de reprendre la route, on a encore 1h20 de route pour rentrer et faire une sélection des photos de la journée... #hardlife.

6

9h : réveil compliqué aujourd'hui, la nuit fut courte mais le sommeil profond (merci la rando !). Autour de notre cappuccino, on réfléchit au programme de la journée. On avait entendu parler d'une rando sympa, celle de Vilaflor et de ses paysages lunaires.

Vilaflor, c'est le plus haut village de Ténérife (et d'Espagne parait-t-il), culminant à plus de 1 450 mètres au sud du parc national du Téide. On regarde rapidement les détails de cette rando (13km, dénivelé : +700m / -700m) et on se lance. La préparation de nos sacs à dos est bien rodée, chacun sait ce qu'il a à faire et à prendre. 😀

11h15 : on décolle de Puerto de la Cruz pour Vilaflor à 1h30 de route. On ne fait pas attention en mettant l'itinéraire sur Waze, résultat on se retrouve à prendre la TF-1 qui longe la côte en passant par Santa Cruz de Tenerife, alors qu'on aurait voulu passer par le parc du Téide via la TF-21 pour profiter du paysage et notamment de la forêt de pins canariens. Ce n'est que partie remise, puisqu'on a lu que la rando était notamment au cœur de cette forêt.

C'est moins sympa que le parc du Téide, non ? 😉

13h15 : on se gare comme indiqué sur les différents blogs sur le parking au niveau du Santuario del Santo Hermano Pedro à Vilaflor.

On est bien à Vilaflor, n'est-ce pas ? 

On rejoint le sentier officiel, mais seulement pour quelques mètres puisqu'on a tourné à gauche au lieu d'aller à droite dès le début de la randonnée... On remercie les personnes en charge du balisage !

Résultat des courses, on s'est retrouvé embarqué dans une sacrée ascension en plein milieu d'une forêt de pins pendant plus d'une heure sans réel sentier. Ça glisse, on grimpe sur un tapis d'épines de pin et on ne sait pas vraiment ce qu'on va trouver tout en haut... (Google Maps nous indiquait quand même un chemin auquel on pouvait potentiellement se raccrocher une fois dans les hauteurs).

Une nouvelle randonnée pour les plus téméraires 

15h : enfin arrivés en haut, on tombe sur un chemin de terre, ouf ! Google Maps indique qu'on peut rejoindre le sentier officiel via cette route en 30 minutes. On en profite pour s'arrêter et faire notre pause déj avec une belle vue. Puis on repart en rejoignant le sentier balisé.

Finalement, pas très emballés par cette randonnée, on décide de "rebrousser" chemin (le bon cette fois). On n'est pas vraiment très bien parti, il ne nous reste presque plus d'eau et on en est qu'au quart de la rando.

17h : on retrouve le fameux endroit où on a fait une sortie de piste...

En se retrouvant sur le chemin officiel, on n'est finalement pas mécontent de s'être trompé car le sentier vraiment n'est pas terrible. Des grosses pierres un peu partout, des graviers, en bref, assez exigeant pour les chevilles. Et pour la vue, rien d'extraordinaire (en tout cas, pour ce qu'on a fait de la rando), on a connu meilleure balade.

Notre circuit personnalisé nous a amplement suffit, il était au beau milieu de la pinède et on s'est régalé malgré tout.

Le début de la rando de Vilaflor

Pour se consoler de nos mésaventures, on décide de repasser par le parc national du Teide, via la TF-38 qui part à l'ouest de l'île en direction de Los Gigantes.

Sur la route, Baby s'arrête toutes les 5 minutes pour dégoter des points de vues tous aussi beaux les uns que les autres (attention les yeux!). La particularité de cette route, c'est qu'elle passe par les champs de lave du Téide, et ces roches noires forment un contraste saisissant avec le vert de la forêt de pins.

Par ailleurs, nous commençons la route au dessus d'un tapis de nuages et progressivement nous nous retrouvons la tête dans ces nuages. On les voit défiler devant nous sur la route sous forme de brume, c'est très chouette.

19h : arrivée à la ville de Los Gigantes, où se situent les falaises du même nom, atteignant jusqu'à 500 mètres de haut et autrefois appelées "mur de l'enfer" ou "mur du diable" car elles semblaient délimiter la fin de la terre pour les Guanches (aborigènes des Canaries).

Le paysage est certes très beau mais le littoral est déjà trop abîmé par les complexes immobiliers touristiques. Quel dommage ! Un peu à l'image de Puerto de la Cruz (cf. ci-dessous)

Il est passé où le Téide ? 

On se balade un peu sur le bord de mer, et prenons quelques photos de ces gigantes(ques) falaises depuis une des piscines naturelles de la ville.

20h30 : on a trouvé le restau idéal pour le coucher de soleil, et en plus d'avoir super bien dîner, le service était top. On vous recommande donc Abundia, à Puerto de Santiago (c'est un restau italien, les tapas ce sera pour une autre fois !). Quelle chance, on était encore tout seul... Apparemment avril/mai c'est la low season aux Canaries ! 😀

On n'est pas bien là ? 😀

Pour la petite anecdote, ce n'était pas le premier resto qu'on avait repéré, mais on s'est une fois de plus retrouvé devant une pancarte "cerrado por vacaciones", décidément... 😀

22h30 : c'est l'heure de reprendre la route, 1h15 avant de retrouver notre Airbnb. Et sur la route, les étoiles nous accompagnent...

7

Aujourd'hui, on a envie de faire passer la pilule de la rando d'hier. Et aussi envie de sensations fortes...On a donc choisi la randonnée qui va de Tamaimo à Los Gigantes. Cette rando non officielle d'un peu plus de 8 km (aller simple) va nous faire traverser d'anciens tunnels creusés dans la roche volcanique et qui servaient autrefois à faire passer des chariots, des canaux d'irrigation et pas que cela vous allez voir...

Les lampes frontales sont de rigueur dans les tunnels.

La rando est déconseillée aux personnes ayant le vertige, aux claustrophobes et lorsque les conditions météos ne sont pas bonnes.

11h : top départ, direction l'ouest de l'île pour le démarrage de la rando à Tamaimo, dans la municipalité de Santiago del Teide, pas très loin de là où nous avons dîné hier soir.

Tiens, tiens, d'ailleurs... EDIT : on avait oublié de poster cette photo du Tiramisu taille XXL au dessert ! 😀

No comment svp 

12h20 : début de la rando, après avoir garé notre voiture à Tamaimo.

On vous décrirait bien tout le détail de l'itinéraire, mais cela a été très bien fait par d'autres personnes, en détaillant les différentes étapes pour ne pas se perdre en chemin (car qui dit sentier non officiel dit sentier non balisé).

Voici le lien de l'itinéraire qu'on a emprunté (et par ailleurs, le site présente d'autres randos non officielles pour ceux qui auraient envie de sortir des sentiers battus) : https://www.visorando.com/randonnee-tenerife-de-tamaino-a-los-gigantes-via-l/

On a aussi utilisé le site suivant qui montre le tracé de l'itinéraire et qui indique la position GPS en temps réel (ce qui peut s'avérer précieux !) : https://m.gpsies.com/map.do?fileId=hcpznuipgszuabcc#

On a fait cette randonnée tranquillement en 5 heures (pause déjeuner incluse), depuis le départ de Tamaimo jusqu'à la Playa de los Guios. Puis ensuite on est revenu en taxi à Tamaimo.

Quelques faits marquants :

- l'arrivée au premier tunnel se fait plutôt très bien grâce au détail pas-à-pas de Visorando

- on est dans le noir complet dans le premier tunnel (1,4km), frontales indispensables. Dans le second tunnel, un peu moins long (900 mètres), on aperçoit la sortie depuis l'entrée mais des pierres jonchent le sol par endroit donc les lampes ne sont pas indispensables mais quand même bien utiles.

Démonstration des mesures de sécurité. Cheese :D 

- à la sortie du premier tunnel, on doit descendre dans le canyon, il faut souvent utiliser ses mains, voire descendre sur les fesses, et faire 1,86 mètre contre 1,57 mètre (exemples tout à fait fortuits :)) peut parfois faire la différence

Un des chemins que l'on ne devait pas emprunter ! 

- l'entrée du deuxième tunnel est un peu cachée, on l'a passée une première fois sans s'en rendre compte. On avait envie de continuer sur notre lancée. En la cherchant, on est tombé sur une espèce de poutre métallique faisant office de "mini-pont" entre deux roches. On l'a empruntée mais c'était un cul-de-sac. On s'est retrouvé dans une simple cavité où sont entreposés d'anciens outils de travaux (dont un tracteur... et oui, il n'y avait pas que des chariots et des conduits d'irrigation qui passaient par les tunnels. Un autre tracteur est aussi dans le fossé), et à côté un petit abri. Il faut revenir sur ses pas, pas besoin de jouer les équilibristes !

Pour vous aider, on vous a mis l'entrée du tunnel 😉

- à la sortie du deuxième tunnel, il faut bien faire attention. Le sentier est indiqué par des points oranges (assez frequents) et verts (plus espacés). Il faut passer légèrement sur la droite puis descendre sur la gauche au niveau d'un arbre déraciné. On avoue qu'on a bien perdu 20 minutes à chercher un point orange ou vert après ce passage. Il faut aller chercher vers le chemin le moins évident qui semble un peu à pic vu de loin, mais un point orange en contrebas indique la marche à suivre.

C'est par ici ! 

De manière générale, il faut éviter de s'aventurer sur un chemin à l'aveuglette (on va vous montrer quelques exemples à ne pas suivre😀), ça peut éventuellement s'avérer risqué. Toujours bien chercher les fameux points verts ou oranges.

Où est Charlie ? 

- le chemin à bord de falaise est juste magnifique, on prend notre pied. C'est incroyable de se dire qu'on est en plein milieu des falaises de Los Gigantes. Voyez plutôt le panorama...

Un petit plouf ? 

- Sans être des randonneurs expérimentés, on s'en est sorti avec du bon sens et en prenant nos précautions.

Fin de la rando vers 17h, direction la playa de Los Guios pour un plouf bien mérité.

Retour en taxi vers 19h avec un large détour en raison du Rallye de Tenerife qui passait par... Tamaimo forcément 😀 (l'endoit où l'on avait laissé notre voiture pour la randonnée).

20h : direction Punta de Teno pour le coucher de soleil et notre pique-nique en amoureux. Punta de Teno, c'est un peu notre pointe du Raz à nous, le point le plus à l'ouest de l'île. Cet endroit au paysage unique est notamment connu pour son superbe phare.

La route qui y mène a été sujette à de nombreuses chutes de pierres ces dernières années et avait été par conséquent fermée à la circulation. De nombreux travaux ont été réalisés pour installer d'énormes filets servant à retenir les pierres qui tombent encore régulièrement.

Quelques infos concernant l'accès qui est encore règlementé : la route n'est pas accessible en voiture du mardi au dimanche de 10h00 à 19h00. En dehors de ces horaires, vous pouvez être tranquilles. Sinon, prendre de Buena Vista del Norte : 1) un taxi 2) un bus qui part à chaque heure 3) un vélo 4) faire une rando? 😀

Punta de Teno et son joli phare !
8

Une fois n'est pas coutume, le programme du jour est une rando, la dernière de notre séjour. Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin, on prend l'avion pour Paris à 1h50 dans la nuit.

On décide de revenir à nos premiers amours, le parc national du Téide et ses vues magnifiques. Sur notre wishlist des randos/ascensions, il y avait le Teide (check), le Pico Viejo (pas check) qui est aussi dans le parc national du Teide, mais à cette heure-ci, on n'a toujours pas vraiment compris l'itinéraire et surtout si un permis était nécessaire.

On décide donc de remettre ça à un prochain séjour dans les Canaries et on choisit l'alternative de la Montaña Guajara. Il s'agit de la 3e plus haute montagne de Tenerife avec ses quelques 2 700 mètres, après le Téide et le Pico Viejo.

Cette dernière randonnée nous fait passer par plusieurs sentiers balisés successifs, jusqu'au sommet de la montagne :

- on a garé la voiture au parking du Parador,

- on a commencé par prendre une partie du sentier 31,

- puis on a pris le sentier 15 qui permet de monter au sommet,

- enfin, redescente via le sentier 5.

On vous recommande ce parcours là parce que le sentier 5 ressemble à un faux plat jonché de cailloux qui n'est pas très agréable à la descente mais qui doit être encore plus pénible à la montée.

On a réalisé cette rando en 5 heures, pauses déjeuner et photos comprises. Pas de difficulté majeure sur celle-ci, si ce n'est le manque d'oxygène qui ralentit un peu le rythme et assèche rapidement la gorge.

La vue depuis le sommet donne sur le Téide et le Pico Viejo. Magnifique !


Après une pause coca et lingettes pour se débarrasser de toute la poussière accumulée, on reprend la voiture vers 18h, avec 6 bonnes heures devant nous avant de devoir se rendre à l'aéroport. Pour le coucher de soleil, on opte pour un restau plutôt qu'un pique-nique (un peu ras-le-bol des sandwichs au jambon-fromage, d'autant que ce sera notre pain quotidien dans 2 mois et demi lors de notre roadtrip au Botswana 😍). Depuis le premier jour, Babycoeur réclame son assortiment de tapas accompagné d'une bonne sangria.

Donc, le choix du dîner est réglé. Resto = 1, pique-nique = 0.

La question suivante est : nord, sud, est, ouest ?

Direction l'ouest à Costa Adeje. Assez touristique, la ville n'est pas trop à notre goût, mais ça fait l'affaire pour un diner de tapas avec vue mer.

OupsBon appétit !  

Après le diner, on n'a pas résisté à la tentation de faire un dernier passage à Los Gigantes pour dire goodbye avant de se diriger vers l'aéroport.

Arrivée à l'aéroport, pas d'accueil de la part d'Autoreisen. Les locaux situés sur le parking sont fermés depuis 21h30. On gare la voiture à une place disponible tout en retenant le numéro de la place. En revanche, les bureaux d'Autoreisen au sein de l'aéroport sont ouverts (jusqu'à 2h), avec une file d'attente conséquente. On arrive à se faufiler parmi toutes les personnes qui veulent récupérer leur véhicule pour dropper nos clés en donnant le numéro de la place de parking. Pas d'état des lieux du véhicule, rien de tout ça. Terminé, bonsoir.

Pour la petite anecdote à la sécurité, il a fallu sortir tout le matériel photo... (boitiers + objectifs !!!!!!!).

Le vol avec Transavia s'est bien passé. Et enfin, pour boucler la boucle, nous avons été pris en charge à l'aéroport d'Orly par un taxi espagnol... Drôle de coïncidence, n'est-ce pas ?

Merci à tous les lecteurs de nous avoir lu jusqu'ici. Nous espérons que vous avez pris du plaisir à nous lire, que nous avons pu vous faire découvrir cette île qui regorge de bien des trésors et surtout que cela puisse vous donner envie d'y aller !

Bien évidemment, une vidéo sera concoctée et postée d'ici les prochaines semaines 😀

Bien à vous,

Les PACHAS

9

Chose promise, chose due, une petite vidéo de nos meilleurs moments capturés à Tenerife.

Tenerife vue de l'intérieur, c'est par-là :

Fin de rédac', on clôture le book 😉

A très bientôt pour de nouvelles aventures !

Les PACHAS